Les rues autour de la Résidence Charcot

.

La Résidence Charcot est délimitée par la rue du docteur Charcot au Nord, la rue de St Cloud à l’Est et la propriété municipale du moulin des Gibets au Sud.

L’histoire de ces rues, ainsi que celle de toutes les rues de la ville, est racontée dans le Dictionnaire historique des rues de Nanterre, publié par la Société d’Histoire de Nanterre .Dico_ruesCliquer sur l’image pour accéder aux publications de Société d’Histoire de Nanterre

SA1NT-CLOUD (rue de)

Voie publique longue de 855 mètres commençant place de La Boule et se terminant en limite de Rueil. C’est l’ancien chemin du Poirier-de-Saint-Cloud qui contournant l’ermitage du Mont-Valérien conduisait à la ville voisine de Saint-Cloud. Le chemin passe par le lieu-dit « Les Hauts-Gibets » qui nous rappelle la présence, au Moyen Âge. de bois de justice, justice rendue par le juge de Rueil dépendant de l’abbaye de Saint-Denis. Au XV’ siècle. les gibets semblent avoir laissé place à un moulin à vent dont on trouve la trace des propriétaires à partir du XVIIIe  siècle. À la fin du XIXe siècle, le chemin du Poirier-de-Saint-Cloud devient chemin de Saint-Cloud, puis rue, après son classement dans la voirie communale en 1909. Au début du XX siècle, la rue traverse les carrières Saint-Sulpice, dont le propriétaire est Monsieur Gérard, des champs, vignes et vergers. La seule habitation d’importance est le château des frères Chauveau, riches industriels qui ont acheté le moulin des Gibets et décoré le parc de sculptures provenant des démolitions d’Haussmann à Paris. En 1933 est inauguré le groupe scolaire Jules-Ferry construit face aux carrières Saint-Sulpice ; en 1949 la commune achètera la propriété du moulin des Gibets pour en faire un centre aéré maternel et, en 1971, restaurera le moulin dont les ailes tournent de nouveau aujourd’hui.

 CHARCOT (rue du Docteur)

Voie publique longue de 380 mètres commençant rue de Saint-Cloud et se terminant en limite de Rueil-Malmaison en prolongement de la rue Gambetta. C’est l’ancien sentier des Hauts-Gibets rural n° 55 – qui se dirigeait vers les hauts de Rueil en longeant la carrière Saint-Sulpice. Il devait son nom aux gibets qui s’élevaient sur les pentes du Mont-Valérien, témoins des droits de haute justice qu’exerçait la seigneurie du Rueil dépendant de l’abbaye de Saint-Denis. Après son élargissement à dix métres – arrêté du 27 juillet 1929 – le sentier deviendra rue au début des années 1930. Par délibération du 23 octobre 1936, le conseil municipal lui donnera le nom de docteur Charcot en hommage au célèbre médecin (1867-1936), auteur de travaux océanographiques dans les régions polaires, qui venait de trouver la mort en mer sur le « Pourquoi-pas ? »

HAUTS-GIBETS (chemin des)

Voie publique longue de 116 mètres commençant rue de Saint-Cloud et se terminant en limite de Rueil-Malmaison en prolongement de la rue Lamartine, Cette petite voie prit le nom de chemin des Hauts-Gibets lorsque la rue des Hauts-Gibets devint rue du Docteur-Charcot en 1936 (voir à ce nom). Le chemin longe le centre aéré communal réalisé sur la propriété que la municipalité avait achetée en 1949 aux frères C’hauveau, riches industriels qui y avaient édifié une vaste demeure. tin moulin à vent existait déjà au XVt siècle au lieu-dit « Le Moulin des Gibets ».. Celui que l’on peut voir actuellement dans le parc du centre aéré date du XVI siècle et a été réhabilité en 1970, selon la tradition. par tin charpentier du Lot, M. Lacombe, Comme la rue, le chemin doit son nom aux gibets autrefois érigés sur les pentes du Mont-Valérien, témoins des droits de haute justice qu’exerçait la seigneurie de Rueil dépendant de l’abbaye de Saint-Denis.

MARRONNIERS (allée des)

Voie longue de 250 mètres commençant rue Paul-Vaillant-Couturier et se terminant rue de Saint-Cloud. En 1914, M, Le Quellec demande l’autorisation de créer sur sa propriété une allée plantée ouvrant à la fois sur la route du Calvaire et la rue de Saint-Cloud, Permission lui sera accordée et les enfants fréquentant le groupe scolaire Jules-Ferry, construit en 1932, pourront même l’emprunter. En 1941. la commune apprenant que M. Le Quellec a l’intention de lotir sa propriété et d’abattre les 76 marronniers de l’allée, procède dans un premier temps à l’acquisition de la voie puis peu après (délibération du 8 juin 1941) décide la réalisation d’un parc des sports sur l’emplacement du lotissement projeté. Les terrains seront achetés à la fin de la guerre. et l’ensemble sportif Paul-Vaillant-Couturier, conçu par les architectes A. et J. Darras et comprenant stade, gymnase et piscine, inauguré en 1965. Et les magnifiques marronniers sauvés de justesse sont aujourd’hui presque centenaires.

CHAILLIERS (rue des)

Voie publique longue de 590 mètres commençant rue de Saint-Cloud et se terminant rue de Garches. Au 19ème siècle, c’est le sentier des Chailliers – rural n° 51 – qui dessert principalement cultures et vergers et permet d’accéder au lieu-dit « les Chailliers » signifiant en vieux français cailloux, rochers.
Au début du 20ème siècle, le chemin est élargi jusqu’à la rue de Buzenval et ce tronçon prend le nom de rue.
Plus tard, par arrêté d’alignement de 1928, la rue est prolongée sur la totalité de l’emprise du sentier et relie alors la rue de Saint-Cloud à la rue de Garches.
En 1932, cette rue accueillera le groupe scolaire Jules Ferry.

Ce contenu a été publié dans La Résidence Charcot dans son quartier. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.